Sélectionner une page

Faire ses courses en mode Zéro Déchet

Pour réduire facilement et efficacement ses déchets (les emballages alimentaires en particulier), on peut venir chez son commerçant avec ses propres contenants (bocaux, sacs en tissu, boites inox etc.).

La relation de confiance client/petit commerce de proximité rend la tâche plus aisée. L’association Zero Waste France propose d’ailleurs tout un kit de « conversion » des petits commerçants (livret et autocollants à retrouver ici et ici).

Pour celles et ceux qui « débutent », qui pour de multiples raisons font leurs courses en supermarché, il est parfois possible de faire de même aux comptoirs « frais » des grandes enseignes (charcuterie, boucherie, fromagerie, poissonnerie etc.) !

vieille balance, épicerie, Zéro Déchet, Zero Waste

Acheter du « frais » avec ses propres contenants n’est pas interdit par la loi !

Légalement, tous les commerçants sont libres de refuser ou d’accepter nos tupperware, bocaux et autres contenants, car il y a un gros vide juridique à ce niveau en France (pour le moment). La législation française et européenne n’interdisent pas cette pratique mais n’en parlent pas vraiment non plus. D’où la libre interprétation… qui peut être différente selon les magasins de la même enseigne ! Nous sommes nombreux-ses à nous être déjà fait rembarrer, plus ou moins poliment … (grand moment de solitude)….

Pour tenter de faire bouger les lignes, je vous propose une lettre-type à adresser à la directrice / au directeur de votre supermarché. J’ai essayé de reprendre toutes les infos et les règlementations que j’ai glané à droite à gauche sur le net (groupes Facebook ZD) et en particulier via l’article de Zero Waste France à ce sujet (à lire ici).

Ça vaut ce que ça vaut, mais si tout le monde adressait ce genre de message aux commerçants, ça ferait certainement avancer les choses ! Non ? Alors ok, je m’adresse à un supermarché, ce qui n’est pas (du tout) le top en matière de consommation, autant d’un point de vue écologique qu’éthique… Mais c’est déjà un premier (petit) pas !!

 

Je ne suis pas retournée au supermarché depuis lors (j’ai trouvé des halles à côté de mon magasin bio préféré !) donc je ne sais pas si ma lettre a fait son effet. A suivre donc…

Ci-dessous un modèle de lettre/mail à adresser à votre supermarché (ou autre commerce) !

+ Le fichier Lettre_type_supermarché_lambda au format Word pour l’adapter à votre sauce.

Tenez-moi au courant de vos essais, avancées et échecs éventuels, qu’on se soutienne les un(e)s les autres !

#ZDPower !

sac en papier, poing serré, Zero Waste, Zéro Déchet

 


THE lettre-type à adresser à votre commerçant

Objet : Pour l’acceptation de mes contenants aux comptoirs de frais de votre magasin

Madame la Directrice/Monsieur le Directeur

Je suis mère de famille nombreuse et m’inscris dans une démarche Zéro Déchet, démarche qu’on peut définir comme une stratégie de réduction des déchets au travers d’une utilisation économe des ressources et un recyclage des matières premières.

En tant que cliente du NOMDELENSEIGNE de LIEU, je souhaiterais qu’on me serve les produits des comptoirs de frais (charcuterie, boucherie, traiteur, poissonnerie, fromagerie, etc.) directement dans mes contenants réutilisables. A l’heure des conférences mondiales sur le climat et sur la biodiversité, il est incroyable que mes bocaux (propres) soient refusés, d’autant plus qu’il est possible de ramener ses propres contenants au marché dominical, dans des petits commerces de proximité, mais aussi dans des enseignes concurrentes !

Il est compréhensible que la grande distribution craigne de voir engagée sa responsabilité en cas de contamination des aliments. Cependant, ni la réglementation française, ni la réglementation européenne (règlement européen n°852/2004 du 29 avril 2004 relatif à l’hygiène des denrées alimentaires) n’interdissent cette pratique.

D’autre part, le législateur et l’administration française commencent à changer de position par rapport à cette nouvelle pratique. En 2016, puis en février 2017, le Ministère de l’agriculture a réactualisé une de ses notes relative à l’hygiène des denrées dans les activités de commerce en détail¹, dans laquelle (p. 18) il fait des recommandations d’usage sur le gourmet bag, doggy bag à la française, qui correspond « à un conditionnement fourni par le restaurateur ou par le client, dans lequel le client d’un restaurant commercial peut emporter les restes de son repas ». La seule contrainte pour le professionnel est de « délivrer des recommandations au client sur les bonnes pratiques de conservation et de consommation des restes du repas emporte ». Par cette actualisation, le ministère reconnaît donc cette pratique et ne cherche pas à la décourager, au contraire. Si les autorités publiques incitent à cette pratique dans la restauration, pourquoi iraient-ils à l’encontre d’une pratique similaire dans la grande distribution ?

En Belgique, il est tout à fait permis que le consommateur apporte son propre emballage à condition de satisfaire à deux conditions : (i) le contenant doit convenir pour le contact avec les denrées alimentaires (ii) il doit être propre.

Aussi, je me permets de vous proposer le contrat suivant :

Je m’engage par la présente à prendre l’entière responsabilité de ces deux points d’ordre sanitaire. Mes boites sont prévues pour le contact alimentaire et nettoyées à l’eau chaude savonneuse après chaque usage. Je ne tiendrai aucunement mon commerçant responsable en cas de problème sanitaire constaté après mon achat.

Je vous remercie de la confiance que vous m’accorderez et qui me permettra de rester cliente chez vous, tout en respectant mes convictions. Je reste à votre disposition pour toutes informations complémentaires.

Dans l’attente de vous lire, je vous prie d’agréer, Madame la Directrice/Monsieur le Directeur, l’expression de mes sincères salutations.

(¹) Actualisation du 22 février 2017 : https://info.agriculture.gouv.fr/gedei/site/bo-agri/instruction-2016-751